L'Extrême Nord du Chili : Des Andes au Pacifique

Nous revoilà au Chili par Colchane. Quel soulagement de retrouver l'asphalte et un pays dans lequel tout nous paraît plus simple. Nous traversons l'extrême nord du Chili de la frontière orientale à Colchane à la côte pacifique à Pisagua. Puis nous remontons vers le nord jusqu'à Arica.

Depuis Colchane la route est belle et nous choisissons un itinéraire peu fréquenté pour rejoindre le pacifique via le parc naturel d'Isluga. Malheureusement les informations que nous avons sur cette route ne sont pas bonnes et nous retrouvons très vite du mauvais chemin, comme en Bolivie. Néanmoins cela vaut sont petit détour : la vallée au creux d'un petit canyon est verte et peuplée de nombreux alpagas et lamas. Isluga, le village homonyme du parc et du volcan, est un village-fantôme qui ne se remplit qu'une fois par an pour le carnaval. Autant dire que pour trouver un endroit pour passer la nuit, on a eu le choix parmi toutes les cahutes.

Le volcan Isluga crache sa fumée toute la journée. Nostalgiques, Nous nous rappelons notre impression lorsque nous avons vu pour la première fois un volcan cracher de la fumée, c'était le volcan Villarica à Pucon. Depuis le désert d'Atacama nous en voyons un nouveau chaque jour et Isluga est le dernier de cette série. Après un long et affreux col à 4600 m dans du sable, nous avons eu le droit à une magnifique descente vers le village de Camiña. La route surplombe la vallée, les lacets sont impressionnants. Et le condor qui a volé au-dessus de nous quelques instants a donné un peu de magie à cette descente.

Après un peu de repos à Camiña, nous rejoignons le Pacifique en une journée à hauteur de Pisagua. À l'image de Valparaiso, Pisagua est un petit port qui a connu la gloire avant l'ouverture du canal de Panama. Aujourd'hui la ville est une petite station balnéaire peu fréquentée, avec sa plage, ses pélicans et ses nombreux vautours.

Pisagua est dans notre voyage une petite pause paradisiaque de tranquillité. La descente pour y arriver avec des lacets qui surplombent la baie est magnifique et très raide. Le camping gratuit fait face à la mer. Quel bonheur de contempler ce spectacle du coucher au lever du soleil.

Le chemin se poursuit plus au Nord vers Arica que nous rejoignons en bus. Arica, dernière ville au nord du Chili avant le Pérou. Station balnéaire où il fait toujours beau. 0,8 mm de précipitations annuelles, une des villes les plus arides du monde, parfois surnommée Arida.

Nous nous y arrêtons quelques jours pour profiter au maximum de notre dernier passage sur la côte pacifique. Surf, baignade et bronzette, la totale !

Les Andes péruviennes nous attendent.